La taxe d’habitation subsiste pour 20 % des ménages

En 2020, seuls les ménages les plus aisés continuent de payer la taxe d’habitation.

La suppression progressive de la taxe d’habitation poursuit son chemin. Après un allégement de 65 % du montant de cet impôt en 2019 pour les Français les moins aisés, 80 % des résidences principales en sont complètement exonérées en 2020.

Longtemps décriée pour son iniquité et son barème hautement variable d’une ville à l’autre, de surcroît basé sur des informations non actualisées depuis les années 70, la taxe d’habitation a finalement été remise en cause par la loi de finances pour 2018 qui a programmé sa suppression pour les résidences principales (les résidences secondaires y restent donc pleinement assujetties). Pour éviter de priver trop brutalement les communes d’une recette fiscale majeure — cet impôt local représentait 36 % de leurs ressources en 2017 —, l’État a néanmoins opté pour une mesure très progressive devant s’étendre jusqu’en 2023. Si plus de 16,6 millions de ménages doivent bénéficier à terme de la disparition de cette taxe, il n’est pas toujours évident de savoir à quelle date son propre budget sera enfin allégé. Êtes-vous concerné en 2020 ? On vous dit tout.

La réforme de la taxe d’habitation comprend deux phases principales, échelonnées sur plusieurs années. Ce sont tout d’abord les foyers les moins aisés qui ont vu leur impôt réduit par un dégrèvement de 30 % en 2018, puis de 65 % en 2019, pour atteindre finalement 100 % en 2020. Cette année, les ménages concernés n’ont donc plus rien à payer !
Pour profiter de cette mesure, un célibataire doit toutefois afficher un revenu fiscal de référence de moins de 27 706 €. Cela équivaut environ à un salaire de 2 500 € brut par mois, dans une situation classique. Un couple marié ou pacsé doit pour sa part respecter un plafond de 44 124 €, contre 50 281 € s’il a un enfant.

En pratique, la majorité de la population française est concernée. D’après le gouvernement, 80 % des foyers vont en effet bénéficier automatiquement de la suppression de la taxe d’habitation cette année. En revanche, les 20 % de ménages les plus aisés continuent à la payer plein pot. Ce n’est qu’à partir de 2021 qu’ils profiteront à leur tour d’un dégrèvement progressif de 30 %, puis de 65 % en 2022, avant une disparition complète en 2023. Or, pour rappel, cet impôt local doit être réglé avant le 21 novembre.

Pour faire le point sur votre situation, utilisez le simulateur en ligne du site Impot.gouv.fr.

You may also like